Le 8 octobre 2005, la terre a tremblé au Pakistan faisant plus de 80.000 morts et laissant 3 millions et demi de personnes sans abris. Cette catastrophe naturelle, l’une des plus meurtrières de notre époque, est restée dans l’ombre de « l’après Tsunami », oubliée par communauté internationale.
L’opération « Karakorum 2007, les sommets de la solidarité », évènement international où sport, science et culture se mettent au service de l’humain. L'association va récolter auprès des partenaires financiers sollicités, les fonds nécessaires à la reconstruction des écoles du Cachemire.

Karakorum pakistan Solidarite

Trek au Mera Peak

by Johanna in Dans le monde updated 30 Oct 2012 14528 readers Be first to comment

Les chemins du Mera

La principale difficulté du Mera Peak n’est pas son ascension, qui est très abordable (III/F+ neige en cotation Himalaya), mais le choix d’un itinéraire de trekking permettant une acclimatation optimum. Khare, point de départ de l’ascension du Mera Peak est très/trop rapidement accessible depuis Lukla, en seulement 4 ou 5 jours. L’itinéraire passe par un col élevé, le Zatrwa La et cette montée en altitude très rapide pose de vrais problèmes d’acclimatation pouvant avoir des répercussions sur le déroulement de l’ascension. Mais d’autres itinéraires ont vu le jour pour trouver une réponse à ce problème et un nouveau sentier a même été construit à flanc de vallée, spécialement pour faciliter l’accès à la vallée de l’Hinku.
Il est donc possible de choisir un itinéraire adapté, en fonction du temps disponible, en sachant que ce temps passé dans la marche d’approche est indispensable et incompressible. Et, si vous observez bien la carte (au bas de ce topo), un itinéraire reste encore à inventer, un itinéraire pour retrouver « le regard d’Adam »… Je vous livre ici ce topo d’un trek aux alentours du Mera Peak.

Par : Paulo Grobel
Ce topo complète la chronique Himalaya de Carnets d'Aventures n°9 de Paulo Grobel (guide de haute montagne à La Grave, passionné d’alpinisme lointain et d’exploration)

Trek Himalaya Mera Peak

Le sommet du Mera : la petite bosse au milieu de la photo (photo Paulo Grobel)

Remorque à vélo enfant : le Chariot Corsaire XL

by Pac - Pascal Darré in Vélo updated 30 Oct 2012 78974 readers Be first to comment

Emmenez vos enfants en voyages !

remorque à vélo pour enfant Chariot Corsaire XL

Faute de temps, mais pas d’envie, nous n’avions pu tester une remorque pour enfant(s) lors de notre hors-série Voyages à Vélo. Chose réparée avec le test de la Corsaire XL de Chariot (merci au site www.carrioles.com pour avoir permis ce test). Fondé au début des années 1990 au Canada, Chariot est une des marques les plus réputées dans le domaine des remorques en tous genres pour enfant. Nous testons ici le modèle haut de gamme de la série Classic, la Corsaire XL. Le premier contact met immédiatement dans le bain en comparaison avec des productions de moindre qualité (telles que la remorque B’Twin de Decathlon, au prix aussi beaucoup plus doux) : assise très confortable, 2 (ou 1 centrale) ceintures 5 points molletonnées, suspension, des protections très solides partout, protection pluie, etc. Bref, d’évidence, ce genre de remorque est fait pour ménager sa progéniture et donc pouvoir l’amener le plus loin possible sans problème. Deux enfants y prennent place sans se gêner et avec même de l’espace pour mettre des bagages dans une soute arrière...

Kayak Arktika

by olivier in canoë kayak updated 30 Oct 2012 25527 readers Be first to comment

Kayak de mer Arktika de Polyform

Kayak de mer en fibre, monoplace (la version "non Ultima" a été testée) Kayak de mer Arktika
Longueur : 550 cm
Largeur : 60 cm
Poids : 25 kg
Volume : 360 litres (300 litres en version Ultima)
Durée et lieu du test : 3 jours dans et en dehors du Golfe du Morbihan
Construction : coque à bouchains vifs, forme assez droite (peu bananée)
Finition : plutôt bien. La dérive (autorétractable) reste fréquemment coincée quand on part de la plage (à cause des grains de sable) ; un coéquipier la décoince facilement en l’actionnant directement avec la main. Le réglage de la dérive d’une seule main est un bon point, mais idéalement il faudrait pouvoir la régler avec les pieds histoire de ne pas avoir à lâcher la pagaie. Cette dérive se rétracte automatiquement en cas de contact avec un rocher et ça aussi c’est un très bon point.
Volume de chargement : très bon
Stabilité : très stable
Comportement marin : l’Arktika tape plus dans les vagues que les kayaks plus bananés. Il semble cependant marin (nous ne l’avons pas testé dans de la mer formée).
Vitesse : assez élevée.
Avis subjectif : c’est un bon kayak, la forme est surprenante mais le résultat est bon. Sa grande largeur lui donne un air balourd mais, étonnamment, il est tout de même rapide et facile à faire avancer. Malgré sa largeur, il s’esquimaute plutôt bien. Son gros volume de chargement et sa stabilité le destinent plutôt au voyage. Un débutant le prendra rapidement en main et s’y sentira en sécurité. Ce kayak existe dans une version plus fine que nous n’avons pas testée : l’Arktika Ultima ; son volume de chargement est cependant nettement moins élevé.
Tarif : dépend des options, voir le site du constructeur.
Site du constructeur : www.polyform.fr

Voir les photos

Voir également le comparatif de kayaks de mer rigides
Voir également l'article générique sur le kayak de mer

la Mongolie à pied, à vélo et à cheval

by Johanna in Récits updated 30 Oct 2012 33448 readers Be first to comment

Voyage en Mongolie

2 mois d'immensités sauvages à pied, à cheval et à vélo 

MONGOLIE-chevauchée; Olivier, Johanna et Jean de l’équipe de Carnets d’Aventures sont partis avec quelques amis en Mongolie durant l’été 2005. À pied, à cheval et même à vélo chinois, le petit groupe a cheminé deux mois durant du sud (Gobi) au nord (Khövsgöl) du pays, à travers des régions très différentes en terme de climat, géographie et paysage ; du désert à la taïga en passant par les montagnes et la steppe. Le caractère sauvage des terres mongoles – rappelons qu’il s’agit du pays ayant la plus faible densité de population au monde, et que celle-ci est majoritairement concentrée dans les villes – en fait un lieu de prédilection pour qui souhaite voyager au contact de la nature tout en rencontrant un peuple d’une gentillesse et d’une hospitalité authentiques.
Récits et impressions d’un voyage grandeur nature.

Texte : Johanna Nobili
Photos : Carnets d’Aventures
Article publié dans Carnets d'Aventures n°4 (n° épuisé)

Kayak Bélouga 1

by olivier in canoë kayak updated 30 Oct 2012 32112 readers Be first to comment

Kayak de mer Bélouga 1 de Plasmor

Kayak de mer belouga 1 Kayak en fibre, monoplace
Longueur : 509cm
Largeur : 64cm
Poids : 26 kg
Volume : N.C.
Durée et lieu du test : plus de 2 mois dans toutes sortes de conditions en Méditerranée
Construction : son grand hiloire (trou d’homme) est bien agréable. Le bélouga est assez plat et large. Il est confortable ; son pont un peu bas réduit un peu la mobilité des cuisses. Plusieurs autres versions du Bélouga existent (le Pelikan avec un pont rehaussé pour les grands gabarits ; le Caugek, plus court et plus large, peu adapté à l’expédition ; en version biplace : voir notre fiche sur le Bélouga 2…)
Finition : bien. Les passages pour la ligne de vie, directement dans la masse du kayak, sont solides. Il est agréable de l’utiliser avec un gouvernail vendu en option.
Volume de chargement : le Bélouga 1 se charge bien ; nous conseillons une trappe avant ovale car le fond de ce grand compartiment est difficile à accéder. De plus les petites trappes ne facilitent pas le passage des objets.
Stabilité : très stable ; un peu plus difficile à esquimauter qu’un kayak plus étroit, mais avant de se retourner accidentellement avec un Bélouga 1, il en faut. On remonte sans problème à bord, sans aide ni paddlefloat.
Comportement marin : sa proue, qui ressemble plus à celle d’un voilier qu’à celle d’un kayak traditionnel, a tendance à forcer le passage dans la vague. Le Bélouga tape et ce n’est pas très agréable car il est freiné à chaque vague.
Vitesse : ce n’est pas un kayak très rapide ; on peut le faire monter en vitesse mais il faut déployer une énergie conséquente.
Avis subjectif : ce kayak est sécurisant. Sa grande stabilité rassure et on peut envisager un long voyage assez sereinement. En revanche, il est assez pataud, c’est la rançon de sa stabilité. Je préfère nettement une carène bananée qui passe mieux les vagues et vaguelettes (moins ralentie).
Tarif : dépend des options, voir le site du constructeur.
Site du constructeur : www.plasmor.fr

Voir également le comparatif de kayaks de mer rigides
Voir également l'article générique sur le kayak de mer
Voir les photos

Kayak Bélouga 2

by olivier in canoë kayak updated 30 Oct 2012 24371 readers Be first to comment 2

Kayak de mer biplace : Bélouga 2 de Plasmor

Kayak de mer belouga 2 Kayak en fibre, biplace
Longueur : 590cm
Largeur : 68cm
Poids : 37 kg
Volume : N.C.
Durée et lieu du test : plus de 2 mois dans toutes sortes de conditions en Méditerranée
Construction : Ses grands hiloires (trous d’homme) sont bien agréables. Confortable pour la plupart des gabarits. Plusieurs autres versions du Bélouga 2 existent (Bélouga grand raid, rallongé, un comportement en plus au milieu, bien adapté à l’expé. Bélouga à voiles…)
Finition : Bien. Les passages pour la ligne de vie, directement dans la masse du kayak, sont solides. Gouvernail indispensable. Le gouvernail est de bonne qualité et solide ce qui n’est pas le cas chez certains concurrents.
Volume de chargement : Le Bélouga 2 se charge bien (mais d’une manière générale un K2 se charge moins que 2 K1), nous conseillons une trappe avant ovale car, le fond de ce grand compartiment est difficile à accéder. De plus les petites trappes ne facilitent pas le passage des objets.
Stabilité : hyper stable, ultra sécurisant. On remonte très facilement à bord, sans aide ni paddlefloat. On peut même se tenir debout sans avoir un équilibre de funambule.
Comportement marin : Sa proue, qui ressemble plus à celle d’un voilier que d’un kayak traditionnel, a tendance à forcer le passage dans la vague. Le Bélouga 2 comme son petit frère tape mais il est moins freiné à chaque vague que le Bélouga 1 car son inertie est plus élevée.
Vitesse : Ce kayak est rapide.
Avis subjectif : Un super kayak, à recommander. Très sécurisant, très marin, mais aussi rapide et gros porteur. Bref un concentré de points positifs.
Tarif : dépend des options, voir le site du constructeur.
Site du constructeur : www.plasmor.fr

Voir les photos

Voir également le comparatif de kayaks de mer rigides
Voir également l'article générique sur le kayak de mer

Kayak Skyros

by olivier in canoë kayak updated 30 Oct 2012 28053 readers 1 comments

Kayak de mer Skyros (Médium et XL) de Polyform

Kayak de mer Skyros Kayak en fibre, monoplace
Longueur : 530 cm
Largeur : 58 cm
Poids : 23 kg (22kg pour la version XL)
Volume : 340 litres (350 litres en version XL)
Durée et lieu du test : 7 jours en Guadeloupe, 3 jours dans et en dehors du Golfe du Morbihan
Construction : coque bananée qui passe bien dans les vagues.
Finition : plutôt bien
Volume de chargement : bon
Stabilité : assez stable. On remonte sans aide à bord d’un Skyros mais cela demande plus de pratique et de technique qu’avec un Bélouga 1.
Comportement marin : excellent, la coque bananée de ce kayak se joue des vagues, un vrai plaisir. Il est facile à esquimauter.
Vitesse : assez élevée.
Avis subjectif : un super kayak, agréable, vivant et marin, une valeur sûre. Un bon kayak pour faire un long voyage. La version XL, sensiblement équivalente avec quelques petites variations (hiloire plus grand, un peu plus de volume, un arrière modifié pour pouvoir accueillir un gouvernail…), semble est encore plus adaptée au voyage.
Tarif : dépend des options, voir le site du constructeur.
Site du constructeur : www.polyform.fr

Voir les photos

Voir également le comparatif de kayaks de mer rigides
Voir également l'article générique sur le kayak de mer

Kayak Kialivak

by olivier in canoë kayak updated 30 Oct 2012 18563 readers Be first to comment

Kayak de mer Kialivak de Plasmor

Kayak de mer Kialivak Kayak en fibre, monoplace
Longueur : 560cm
Largeur : 53cm
Poids : 26 kg
Volume : N.C.
Durée et lieu du test : 3 jours dans et en dehors du Golfe du Morbihan
Construction : le Kialivak est confortable. C’est un kayak long et fin qui a une très belle allure. Livré par défaut avec un hiloire trou de souris, intermédiaire intéressant entre le grand hiloire et le petit hiloire.
Finition : bien. Les passages pour la ligne de vie, directement dans la masse du kayak, sont solides. Le Kialivak est livré avec une dérive manœuvrable avec les deux mains : pas agréable en mer formée car on ne peut plus se stabiliser avec la pagaie pendant la manœuvre. La dérive n’est pas auto-rétractable (si on passe accidentellement sur un caillou par exemple). Le Catchiky comme le Kialivak gagneraient à utiliser le même genre de dérive rétractable que celles utilisées par Polyform. Il est vrai que ces dernières ont tendance à se bloquer avec le sable, mais si cela arrive, un autre kayakiste peut facilement la débloquer en secouant directement la dérive.
Volume de chargement : le Kialivak, de par sa longueur, se charge très bien.
Stabilité : moins stable que le Bélouga mais plus que le Catchiky, malgré sa taille de guêpe (un peu plus fine que le Catchiky), la longueur élevée de ce kayak lui confère une stabilité très correcte.
Comportement marin : il semble bon mais nous n’avons pas pu le tester en mer formée.
Vitesse : le Kialivak est potentiellement rapide mais il demande tout de même de l’énergie pour le faire avancer.
Avis subjectif : ce kayak est sympa ; sa longueur et donc son volume de chargement sont un atout pour le voyage. Nous nous attendions à de meilleures performances pour ce kayak à la ligne esthétique ; on lui préfère le Catchiky même si ce dernier est moins stable. En revanche, le Kialivak nous paraît plus intéressant qu’un Bélouga 1. Comme annoncé, il s’agit d’un avis subjectif que d’autres ne partagent pas, trouvant le Kialivak plus facile à faire avancer qu’un Catchiky…
Tarif : dépend des options, voir le site du constructeur.
Site du constructeur : www.plasmor.fr

Commentaires autour de cet article
Voir également le comparatif de kayaks de mer rigides
Voir également l'article générique sur le kayak de mer
Voir les photos

Kayak Laser

by olivier in canoë kayak updated 30 Oct 2012 34303 readers Be first to comment

Kayak de mer Laser de Rainbow

Kayak de mer Laser Kayak en Polyéthylène, monoplace 
Longueur : 510 cm
Largeur : 58 cm
Poids : 27 kg
Volume : 395 litres
Durée et lieu du test : plus de 4 mois dans toutes sortes de conditions en Méditerranée
Construction : coque bananée en polyéthylène. Le support de gouvernail est peu solide (la coque en polyéthylène à cet endroit-là) ; nous l’avons cassé sur un de nos Lasers, et réparé avec un réchaud à gaz et du plastique trouvé sur les plages. Sur un autre Laser, nous avons rempli préventivement la pointe arrière avec du mastic ; le support n’a pas cassé. Le grand hiloire du Laser est agréable. Des cale-cuisses en plastique sont intégrés ; ils sont confortables moyennant un minimum de souplesse et un volume de cuisse raisonnable (rugbyman s’abstenir ;-)). Par défaut, il y a 3 trappes d’accès aux compartiments (2 pour le compartiment arrière), ce qui est bien pratique.
Finition : plutôt bien, sauf pour le support de gouvernail. Le gouvernail fourni avec est également peu fiable, nous les avons tous cassés sur nos Rainbow, soit 3 gouvernails cassés sans choc particulier… L’étanchéité des caissons est aléatoire d’un kayak à l’autre (ou d’un compartiment à l’autre).
Volume de chargement : très bon...
Stabilité : assez stable. On remonte sans aide à bord d’un laser mais cela demande plus de pratique et de technique qu’avec un Bélouga 1.
Comportement marin : excellent ; la coque bananée du Laser se joue des vagues, un vrai plaisir. Il est facile à esquimauter.
Vitesse : assez élevée, comparable avec des kayaks en fibre.
Avis subjectif : ce fut l’un de nos kayaks lors de notre traversée de la Méditerranée (Cap sur l’Afrique). Contrairement à l’Atlantis, c’est un super kayak, marin, spacieux confortable, assez rapide et offrant un bon volume de chargement. De plus, la construction polyéthylène ne l’handicape pas (en tout cas, on ne constate pas de différence de vitesse flagrante par rapport à des monoplaces en fibre) et offre l’avantage d’être moins fragile et plus tolérante aux accostages un peu cavaliers. Un autre atout, et pas des moindres, est son prix attractif par rapport aux kayaks en fibre.
Tarif : dépend des options, voir le site de l’importateur.
Site de l’importateur français : http://www.canoekayak.fr/
 

Voir également le comparatif de kayaks de mer rigides
Voir également l'article générique sur le kayak de mer
Voir les photos

Latest comments