Accueil des forums
Philosophie du voyage nature
Qui sont ces personnes qui partent?
(partager)
posté le 18 août 2012
c.bureau86

Hirondelle
(9 messages)
Inscription : 26/06/12

Message privé
Bonjour,

Depuis quelques mois, mon copain et moi sommes tombés amoureux du vélo. Nous sommes déjà un peu écolo, enfin on fait ce qu'on peut, et le vélo nous aide beaucoup dans cette démarche : 1 voiture au lieu de 2, partir en vacances à vélo, aller au boulot , faire les courses à vélo et j'en passe. Et à force de lire carnet d'aventure et tous ces témoignages de voyage, ça donne envie de partir!!
Mais je me suis posée une question, et je précise qu'il s'agit bien là d'un questionnement et non d'un jugement. Je me demandais qu'elle était le métier de tous ces voyageurs. Car j'ai l'impression que ce sont des ingénieurs, cadre ou des personnes dont leur métier est en rapport avec le voyage, en gros des gens qui ont déjà une situation (maison, boulot...). Du coup je commençais à déchanter. Nous sommes 3 (moi 28ans, mon copain 31ans et notre fils) avec un seul revenu (CDD biensur!!) et en location pour couronner le tout en région parisienne (Orsay donc cher et très difficile de trouver un appart à un prix abordable), donc est-il envisageable de partir 1 an ou plus sans économie sans revenu puisqu'il faudrait que je quitte mon CDD ...etc.
J'ai commandé le CA spécial année sabbatique donc ça devrait me renseigner mais vous voyageur au long-court qu'en pensez-vous, qui êtes-vous?

Merci d'avance
Charlotte
posté le 19 août 2012
familleneau

Etourneau
(84 messages)
Inscription : 18/04/08
Lieu : angers

Message privé
Nous sommes, je crois, des voyageurs divers et variés... A autant de caractères, de vécus, d'aspirations (le choix de tel ou tel sport par exemple), de professions, de choix de vie différents.
Ce qui est sûr, c'est que lorsqu'un nouveau projet nous anime, il ne nous quitte plus jusque sa réalisation ! (la plupart du temps). Et là, c'est vraiment un choix de vie : nous sommes prêts à des sacrifices pour nous offrir certains de nos rêves.. comme tous ceux qui sont passionnés par quelque chose, non ? Et là, location ou maison achetée, CDD ou CDI, famille ou pas famille, enfants trés jeunes ou ados, on compose avec nos situations aux diverses étapes de nos vies respectives.
Du coup, pour répondre à ta question, je ne dirai pas "est-il envisageable de partir 1 an ou plus sans économie sans revenu puisqu'il faudrait que je quitte mon CDD ...etc" mais plutôt "te sens-tu capable de le faire ?", car là, c'est vraiment personnel comme choix...
Jettes un oeil sur nos sites persos et tu comprendras mieux ce qui nous anime....
http://alecoledesandes.com
posté le 21 août 2012
colombo_35

Sterne arctique
(109 messages)
Inscription : 19/08/08
Lieu : Condate

Message privé
Bonjour,

Je ne sais pas si les personnes qui partent à l'aventure sont plus dans certaines catégories socio professionnelles ou pas.

Mais je constate que l'idée largement répendue "les vacances ça coute chère" et répétée sans en vérifier la véracité dans les médias dominants. A la longue, la répétition de cela par les médias fait que les gens le considère comme une vérité (cf travaux du sociologue Chomsky sur la difficulté dans les médias où l'on dispose de quelques secondes dans un débat télévisé pour argumenter quand l'on veut développer des idées complexes contre des idées faciles à comprendre).

Ce midi, c'était encore le cas où pour le JT de France 3 , ils ont sorti le marronier de 50 % des français qui ne partent pas en vacances avec un sujet sur le secours populaire qui permet à des enfants pauvres de partir faire du voilier à la Rochelle. Le problème était le lancement du sujet par le journalise avec une phrase affirmative de la vérité vraie du genre "Comme partir en vacances cela coûte beaucoup d'argent ..."

Dans les journaux TV d'information les vacances sont toujours présentées sous un aspect consummériste avec un micro trotoire du bistrotier qui est content ou pas de la saison, le taux de remplissage de l'hotel ... toujours la même présentation des choses depuis 20 ans avec derrière l'idéologie de vacances = consummérisme dans un lieu éloigné de chez soi.

Jamais ils ne demandent aux gens s'ils sont heureux, jamais ils ne disent que c'est possible de partir sans consommer des trucs.

Heureusement il y a les grains de sables dans la grande machine , Carnets d'Aventures est l'un de ces grains de sable avec les conseils de Mad pour s'équiper pas chère, les témoignages "l'aventure en partant du seuil de sa maison" ...
Le bul d'oseur avance
posté le 21 août 2012
Oscar

Etourneau
(74 messages)
Inscription : 16/06/08

Message privé
Je pense que les personnes qui partent appartiennent, pour faire très basique, à 2 catégories :

- celles pour qui le voyage est une fuite, qui ne sont pas bien dans leur vie, et qui pensent - à tort ou à raison - que faire une pause et tout laisser tomber va arranger leurs affaires? Variante : puisque rien en va, autant partir. Pour une partie d'entre elles, le voyage est d'ailleurs "utile" et "efficace"

- celles qui ont envie de partir, même si elles sont contentes de leur quotidien, pas du tout en rupture avec la société. Typiquement, des personnes qui vont prendre une année sabbatique une fois dans leur vie. Le gros des voyageurs je pense.

Dans les 2 cas, je crois que la catégorie socio professionnelle n'a que peu d'importance et d'influence. On pourrait penser que les cadres - plus aisés financièrement et qui retrouveront sans doute plus facilement du travail au retour - partent plus que les autres. Mais on peut aussi imaginer qu'au contraire, ayant une vie bien installée, ils ont plus "à perdre" s'ils partent et que le statut de cadre est un frein au départ. En fait, ce qui est clairement plus facile lorsqu'on est aisé financièrement, c'est le retour. Pas le départ. Pour côtoyer pas mal de cadres dans ma vie professionnelle, je trouve que peu sont près à partir même s'ils en ont les moyens financiers.

Le voyage doit être adapté à ses moyens financiers, mais également convenir à son tempérament et à ses envies. Par exemple, ne pas se dire qu'on va faire tous les jours du camping sauvage parce qu'on n'a pas le sou, et ne pas supporter au bout de 2-3 semaines de ne pas pouvoir prendre une douche quotidienne, ou de passer sous la tente de longues journées pluvieuses. Autre exemple, vouloir dormir dans des maisons, sans payer, conduit à privilégier le couchsurfing à l'hôtel. Mais si la seule motivation pour ce mode d'hébergement est de ne pas vider son porte monnaie, et qu'on n'aime pas trop discuter et partager avec les gens, ce ne sera pas un bon choix.

Enfin, je pense que quelle que soit sa situation, il faut penser au retour avant de partir, retour qui pour certains est difficile à vivre, et qui doit être préparé.
Quelques récits de mes randos dans ma présentation : http://www.expemag.com/voyage/viewtopic.php?pid=48159#p48159
posté le 22 août 2012
c.bureau86

Hirondelle
(9 messages)
Inscription : 26/06/12

Message privé
Bonjour et merci à tous pour ces réponses qui m'apportent beaucoup. Comme le dit Oscar, le plus difficile est de revenir c'est pour cela d'ailleurs que je posais la question car pour notre part, on serait capable de tout laisser tomber pour partir définitivement sans revenir et ne plus penser à l'argent, une belle maison à construire... toutes ces choses qui finalement ne sont que matériel. Mais on a décider pour le moment de commencer petit à petit à ce débarrasser de ces choses matériel et de les remplacer ou pas par des choses plus utiles comme le vélo remplace la voiture.
Je suis quand même contente d'apprendre que tout ce que je peux lire sur CA n'est pas utopie et que tout est réalisable selon ses moyens, ses envies.
Colombo_35, j'ai également vu ce reportage au JT de France 3 mais la veille (comme quoi ils ne savent pas de quoi parler au info). Les JT nous montrent ce qu'ils veulent nous montrer, décident de ce que l'on doit penser, se pose des questions sans y répondre. Du coup les gens deviennent des moutons. Enfin cela ne changera sûrement jamais.:)
posté le 22 août 2012
Gilles008

Martinet
(49 messages)
Inscription : 29/01/16

Message privé
Oscar :
Je pense que les personnes qui partent appartiennent, pour faire très basique, à 2 catégories :
- celles pour qui le voyage est une fuite, qui ne sont pas bien dans leur vie, et qui pensent...
- celles qui ont envie de partir, même si elles sont contentes de leur quotidien...

Houla ! c'est un peu manichéen ça !
Je pense que la frontière entre les 2 est bien floue, et qu'on est tous un peu dans les 2...
De plus, je ne vois pas l'intérêt d'apporter cette ségrégation : Bien / Pas bien

Bon, il est vrai que les vacances en vélo, y a pas photo, c'est sûrement le meilleur rapport km/prix !

Ensuite, tout lâcher ou pas... telle est la question.
Pour ma part, il est évident que je me suis fait violence pour garder un CDI, pour l'avoir au retour pour... mes enfants !
Et j'ai fini par acheter une maison pour mes 43 ans (mais ça fait ch... cet enracinement !).
Ensuite, il faut se battre un peu pour négocier ce temps libre si précieux.
Dans le monde des cadres informaticiens, le besoin de vacances longues est perçu comme un truc extra terrestre !
:o:o
posté le 22 août 2012
Oscar

Etourneau
(74 messages)
Inscription : 16/06/08

Message privé
Je me suis peut être mal exprimé. Je cherchais surtout à souligner que les motivations pour partir ne dépendent pas de l'aisance financière, comme il est un peu supposé dans le message initial qui laisse à penser que les cadres partiraient plus parce qu'il peuvent se le permettre. Ce qui est d'ailleurs a priori surprenant.

En réfléchissant à la question, par rapport aux personnes dont je sais qu'elles sont parties en voyage, où que j'ai pu croiser en voyage, et donc à leur motivation, il m'est apparu cette distinction.

Ce n'est pas un jugement de valeur "bien / pas bien."

Lorsque tu évoques cette distinction "bien / pas bien", je présume que ce qui partiraient car ils ressentent le besoin de tout lâcher, réfléchir sur eux même, ou fuir leurs problèmes appartiennent à la catégorie "pas bien". Ce n'est pas ce que je pense. Au contraire, pour certains (beaucoup?), le voyage a été salutaire. Je pense à des personnes qui ont eu des problèmes dans leur vie (divorce pour l'une, chômage et sentiment d'inutilité pour une autre, etc) et qui sont parties sur le chemin de Compostelle, itinérance dont ils sont revenus "apaisés".

Je pense aussi à Bernard Ollivier, et à son association où on met des jeunes à problèmes sur la route, et espérant que ce déracinement et la durée des parcours leur permettra de changer, ce qui a l'air assez efficace.

Pour la seconde catégorie de personnes qui partent en voyage, je pense à des gens tels :

- les jeunes qui prennent une année pour voyager après leurs études, avant de rentrer dans la vie active. Pas vraiment dans les mœurs en France, mais presque systématique dans certains pays où cette année est vue comme une entrée dans l'age adulte et l'autonomie, le moment charnière du sortir du cocon familial. Dans les auberges de jeunesse, on croise beaucoup de jeunes comme cela

- les personnes qui prennent à un moment une année sabbatique, car l'idée du voyage leur trotte dans la tête, comme tout un chacun, et qu'elles ressentent que cette année, c'est le moment : parce qu'elles vont ensuite avoir des enfants, parce que ces enfants vont entrer à l'école ou au collège, parce qu'elle viennent d'être à la retraite et se disent qu'elles ont enfin le temps de partir et que c'est le moment car elles sont encore en pleine forme, parce qu'elles veulent faire un voyage de noces extraordinaire et atypique, parce qu'elle connaissent la possibilité dans leur travail de prendre une fois une année sabbatique et se disent pourquoi pas ? parcequ'elles ont une passion et qu'elels ont envie de la pratiquer au moisn une fois dasn leur vie dasn les meilleurs coins de la planète (surf, pêche, tour du monde des restau gastronomiques aµ au michelin, faire les plus beaux circuits de rando, un tour du monde en voilier, etc.

Peut être que le peu de voyages que j'ai fait était d'un type particulier qui m'a conduit à croiser essentiellement ces 2 catégories de motivations chez les voyageurs rencontrés, et que la sphère sociale m'amène à ne côtoyer qu'une certaine catégorie socio professionnelle qui ont les mêmes motivations quant au voyage ?

En tout cas, je le précise à nouveau :
- pas de jugement de valeur dans mon message précédent
- la catégorie socio professionnelle ne me semble pas un critère déterminant dans le fait de partir en voyage
Quelques récits de mes randos dans ma présentation : http://www.expemag.com/voyage/viewtopic.php?pid=48159#p48159
posté le 23 août 2012
familleneau

Etourneau
(84 messages)
Inscription : 18/04/08
Lieu : angers

Message privé
Pour cotoyer un certain nombre de voyageurs lors de Festivals, de nos treks et périples je dirai qu'il y a autant de type de voyages que de voyageurs ! L'essentiel étant de trouver le "type" qui nous convient le mieux, en fonction de nos dispos professionnelles, notre contexte matrimonial, nos envies, nos possibilités de budget... Au fil de ses pérégrinations, le voyageur apprend à découvrir le monde, donc à ne pas juger ce qu'il voit (des coutumes parfois loin de ses propres coutumes), ceux qu'il rencontre. J'entends pas "rencontre" les populations locales et les voyageurs.

Quant à l'émission de TV citée, ce n'est pas là qu'il faut trouver un espace d'encouragement à ses voyages mais bien plutôt dans des rencontres diverses et variées de voyageurs (conférences, festivals, assos, forums,....). C'est dans ce cadre que les voyageurs trouvent des idées, partagent beaucoup leurs vécus.... Cette dimension de partage est essentielle pour la Neau's family que je représente !
http://alecoledesandes.com
posté le 04 févr. 2013 mis à jour le 04 févr. 2013
manueg

Hirondelle
(9 messages)
Inscription : 25/01/13
Lieu : paris

Message privé
Qui sont ces personnes qui partent?
Je pense qu'il y a autant de voyages que de voyageurs. Chacun ses raisons et ses rêves. Le voyage est vieux comme le monde. Peut-être que c'est notre coté oiseaux migrateurs, peut-être que c'est juste une envie naturelle de bouger, et puis un certain amour de la vie et du monde...Quant au retour, non, je ne pense pas que l'on peut revenir, puisque nous ne sommes simplement plus les mêmes, le voyage étant avant tout une découverte intérieure.
Une jolie note de l'extraterrestre là-dessus:Heinz Stücke

J'ai écrit un petit truc là-dessus. Sans apporter de réponses, je ne peux que partager mes rêves...j'ai
Bonne route à tous et bonne journée ou que vous soyez!

Partir et revenir
posté le 04 févr. 2013
H3

Sterne arctique
(150 messages)
Inscription : 12/02/11
Lieu : Vosges alsaciennes

Message privé
manueg :

Partir et revenir

Beau texte manueg !

Préparer son retour avant de partir pour un long voyage ?
Voià qui ressemble à un bon moyen d'expérimenter combien les choses ne se passent pas toujours comme on l'imagine à l'avance.
posté le 05 févr. 2013
manueg

Hirondelle
(9 messages)
Inscription : 25/01/13
Lieu : paris

Message privé
Merci Monsieur H3, un type ordinaire. Et puis vous avez l'air de vous amuser pas mal aussi. C'est la belle vie, continuez a inspirer comme vous le faites! J'adore votre bateau velo! Tellement de belles routes a parcourir:)
posté le 09 févr. 2013
manueg

Hirondelle
(9 messages)
Inscription : 25/01/13
Lieu : paris

Message privé
Je continue un peu avec la question: partir et revenir. J'en arrive à la question de terre mère et de patrie.
Plus précisément à revenir, vous pouvez lire le texte ici: Terre mère 1 et 2. Et encore merci Mad, oui oui, j'apprends à corriger mon orthographe!
(partager)
Remonter