Test de la remorque à vélo BeeZ

par Alexis dans Vélo - Remorque 10 sept. 2013 modifié 22 janv. 2015 14013 lecteurs 1 commentaires (partager)

Remorque mono-roue tout-terrain

Retour d'expérience d'une utilisation en situation réelle pendant un mois

Une remorque vraiment tout terrain

 

 

Durant notre voyage à vélo d’un mois entre la Drôme et l’Ariège réalisé en juin 2013, nous avons emporté notre matériel d’escalade, soit environ une douzaine de kilos et une trentaine de litres en plus par rapport au matériel classique du cyclo. Il aurait été possible de le transporter avec deux sacoches supplémentaires, mais nous avons opté pour une remorque mono-roue. Nous avons été entièrement satisfaits de notre choix, mais peut-être qu’il en aurait été de même si nous avions emporté des sacoches supplémentaires ! Le débat entre remorque et sacoches est récurrent chez les cyclos et finalement moins simple qu’il n’y paraît, en voici un petit résumé :


Les arguments pour la remorque mono-roue :

  • Sur la plateforme d’une remorque il est possible de placer un sac de grande contenance : on peut transporter beaucoup de matériel sans forcément avoir à optimiser son compactage ni son poids. L’utilisation d’une remorque est donc particulièrement adaptée pour les voyages multiactivité (avec matériel d’escalade ou de parapente, un packraft…), pour les couples qui partent à tandem (qui disposent de moins d’espace pour les bagages que sur deux vélos) et ceux qui voyagent avec enfants (l’un tire le ou les bébés, l’autre le matériel dans une remorque).

  • Beaucoup plus facilement que sur un porte-bagages, il est possible de transporter n’importe quel type de sac sur une remorque ; par exemple un sac à dos qu’on utilisera pour une rando à pied pendant le voyage.

  • Une remorque mono-roue est plus étroite que deux sacoches pleines ou une remorque à deux roues : on se faufile plus facilement sur un sentier étroit avec végétation dense autour par exemple. Et comme l’ensemble cycliste + remorque est plus profilé dans le sens longitudinal qu’un cycliste avec sacoches (ou avec remorque à deux roues), l’aérodynamisme est meilleur.

  • La plus grande partie du poids du matériel repose sur la roue de la remorque, les roues du vélo sont moins sollicitées qu’avec des sacoches. Il est donc possible d’utiliser un vélo de moins bonne qualité et dans tous les cas, le risque de casse de rayons sur la roue arrière est plus faible.

  • Sur certains VTT, notamment ceux qui sont entièrement suspendus, la remorque est la seule manière de transporter des bagages volumineux.

  • La roue avant du vélo n’a pas tendance à décoller dans les montées (c’est parfois le cas quand on n’a que deux sacoches à l’arrière).

  • Dans du tout-terrain, tant qu’il n’y a pas de virages trop serrés, la remorque mono-roue (parce qu’elle répartit le poids sur 3 roues au lieu de 2), est parfois plus maniable qu’un vélo avec sacoches (en tout cas s’enfonce moins dans la boue !).

  • On suscite plus la curiosité qu’avec des sacoches, la remorque favorise les rencontres !

 

Les arguments contre :

  • La remorque, même compacte, est plus encombrante à transporter que des sacoches dans les transports en commun ou en voiture.

  • Pour transporter un poids de matériel identique, la remorque demandera un peu plus d’énergie puisque la remorque est un peu plus lourde que des porte-bagages et que la présence d’une troisième roue entraîne une petite perte d’énergie supplémentaire par frottements.

  • La stabilité transversale est moins grande qu’avec des sacoches, ou une remorque à deux roues bien sûr. La remorque mono-roue a tendance à se déporter un peu sur les côtés, il faut tenir le guidon avec fermeté pour maintenir le vélo dans l’axe, surtout à grande vitesse. Dans les descentes, a fortiori quand elles sont en virage, la remorque peut envoyer le cycliste dans le décor s’il va trop vite !

  • Il est quasiment impossible de faire reculer son vélo : il est bon d’y penser quand on s’engage dans un sentier ou une ruelle étroite qui se révèlent être une impasse. Il faut alors au moins quelques mètres de large pour pouvoir faire demi-tour.

  • La remorque est une troisième roue à gérer au moment du franchissement d’obstacles et peut constituer une source supplémentaire de problèmes mécaniques.

  • Une remorque est un investissement un peu plus onéreux que deux porte-bagages : au moins 300 ou 400 € pour une remorque de bonne qualité, à partir de 150 € pour un ensemble porte-bagages avant et arrière qui résistera à un long voyage. Par contre, dès que l’on inclut le coût des sacoches, on peut vite arriver à un prix similaire pour une remorque + sac étanche et 2 porte-bagages + 4 sacoches.

  • Le phénomène d'aspiration est beaucoup moins efficace derrière un cycliste avec remorque puisqu'il n'est pas possible de rouler juste derrière lui. Il est donc préférable que le "remorqueur" roule en dernière position du groupe, sauf si vous êtes en mode "balade tranquille" bien sûr !

Un profil plus aérodynamique qu'avec les sacoches !
Un profil plus aérodynamique qu'avec les sacoches ! Alexis tire bien la remorque à gauche


Nous avons testé la BeeZ, une remorque mono-roue fabriquée artisanalement en France par Beecyclo. Sa grande originalité, par rapport notamment aux autres remorques présentes sur le marché (voir le comparatif réalisé pour le numéro spécial Voyager à Vélo de Carnets d’Aventures  avec des photos de chaque remorque ici), est qu’elle est fabriquée en bois de frêne lamellé collé avec une ossature en acier, alors que les autres remorques sont entièrement métalliques.
La BeeZ existe depuis déjà quelques années et chaque année elle est un peu améliorée en fonction des commentaires des utilisateurs et l’expérience des concepteurs, c’est l’avantage des produits artisanaux ! La version 2013 intègre notamment des améliorations au niveau de la solidité de la plateforme (colle plus solide) et de l’accroche sur le vélo.
Sur cette page notamment, vous verrez des photos d’une des versions précédentes de la BeeZ testée par l’équipe de Carnets d’Aventures en 2009.


Compacte lorsqu'elle est démontée
Compacte lorsqu'elle est démontée

La remorque à vide
La remorque à vide

L’alliance bois-acier assure un excellent compromis entre souplesse, légèreté et robustesse : la BeeZ pèse environ 5 kg, soit un peu moins que toutes ses concurrentes (la Bob Yak pèse un peu plus de 6 kilos par exemple), et les caractéristiques naturelles du bois de frêne font que la BeeZ n’a pas besoin d’amortisseur pour « avaler » les obstacles sans sauter : l’élasticité naturelle du bois encaisse avec souplesse les chocs dus aux nids de poule ou cailloux et la plateforme en frêne et l’ossature en acier sont suffisamment solides pour transporter un sac pesant jusqu’à 25 kilos. Bref cette remorque offre un grand confort d’utilisation même sur des sentiers un peu difficiles ! En plus sa garde au sol est haute, elle est à peu près égale à celle d’un vélo classique (c’est-à-dire la hauteur du bas des plateaux par rapport au sol).
Sur les 1 000 km parcourus avec la remorque, une centaine environ étaient sur sentiers, avec notamment un passage un peu limite sur GR au pied du mont Lozère : la conclusion est que si le vélo franchit l’obstacle, la remorque passe aussi !

Une remorque vraiment tout terrain
Une remorque vraiment tout-terrain

Une remorque vraiment tout terrain

Une remorque vraiment tout terrain


De l’avant vers l’arrière, la remorque en détail :


- La BeeZ se fixe sur la roue arrière du vélo (roue de 26 pouces ou de 700). Pour l’accrocher, il faut commencer par échanger l’axe de la roue arrière par un axe de serrage plus long, fournie par Beecyclo. Le timon (pièce qui permet d’attacher la remorque au vélo) vient se positionner sur cet axe un peu comme une fourche est posée sur l’axe avant du vélo. C’est pratique, facile à mettre en place et à enlever. Ensuite deux goupilles élastiques accrochées au timon doivent être disposées à chaque extrémité de l’attache à côté de l’accroche du timon pour éviter que celui-ci bouge latéralement. Regardez les photos, c’est plus clair en images !
L’élastique fait un peu « bricolage » au début, il semble forcément fragile, mais comme il travaille uniquement en compression, le système semble fiable et durable. D’autre part, comme le timon est simplement posé sur l’axe de serrage, l’axe de la roue arrière constitue alors un axe de liberté horizontal pour la remorque qui peut ainsi se mouvoir verticalement et franchir les obstacles.
Dans notre cas, nous avions en plus de la remorque un porte-bagages arrière dont les vis de fixation gênaient un peu  l’installation du timon de la remorque (voir photo ci-dessous (*)). Nous passions donc quelques minutes à enlever ou remettre la remorque alors que sans porte-bagages arrière c’est l’affaire de moins d’une minute.

Le timon est fixé sur le moyeu arrière
Le timon est fixé sur le moyeu arrière

L'attache de la remorque
L'attache de la remorque

L'élastique de maintien
L'élastique (ou goupille) de maintien

L'élastique de fixation en place
(*) Positionnement du timon sur l'axe de serrage

L'élastique de fixation en place
(*) La goupille (élastique) de fixation en place

Attache-rapide spéciale
Axe de serrage spécial : système d'accroche du timon sur la roue arrière du vélo

Attache-rapide spéciale pour la remorque
Axe de serrage plus long pour la remorque

- Le timon est relié au plateau de la remorque par un axe vertical : la remorque peut ainsi librement se déplacer latéralement derrière le vélo.


Axe de rotation vertical : grande amplitude de mouvement
Axe de rotation vertical : grande amplitude de mouvement


- L’ensemble plateau en bois et ossature en acier peut accepter des sacs jusqu’à 80 cm de long et 35 cm de large. Beecyclo propose à la vente en même temps que la remorque le sac étanche Rack pack XL de Ortlieb dont la contenance est de 90 litres et qui s’adapte parfaitement au plateau de la remorque. Il est très solide, sa grande contenance et son système de fermeture facile en fait un sac idéal pour ranger son matériel. Il est maintenu au plateau grâce à deux sangles noires très résistantes, du type des ceintures de sécurité de voiture. Ces sangles sont suffisamment larges et solides pour maintenir fermement le sac sur la remorque, par contre les « guides » métalliques sur le plateau (bien visibles sur la première photo ci-dessous) pourraient être améliorés : avant que les sangles ne soient serrées autour du sac elles sautent trop facilement à l’extérieur de ces guides. Par ailleurs, nous avons perdu l’une des boucles de serrage en plastique lors d’une manipulation de sac, ce serait plus pratique s’il existait un système pour qu’elles ne puissent pas quitter la sangle.


Le plateau et les sangles
Le plateau et les sangles

La remorque à vide
La remorque à vide

La vis du garde-boue est très proche de la roue
Le sac bien sanglé sur la remorque


- Le diamètre de la roue est de 16 pouces, elle est équipée de 36 rayons, d’une attache rapide, d’un pneu mixte routes et chemins et d’un garde-boue. Nous avons constaté que lorsque la remorque est chargée de 25 kg, le pneu de la roue est très proche (1 à 2 mm environ) de la vis de fixation du garde-boue située à l’arrière du plateau. Peut-être qu’à plus long terme et en transportant de lourdes charges, le plateau pourrait s’abaisser un peu plus et cette vis venir frotter le pneu. Nous n’avons cependant remarqué aucun frottement en 1000 km.

Roue de 16 pouces avec attache rapide
Roue de 16 pouces avec attache rapide

La vis du garde-boue est très proche de la roue
La vis du garde-boue est très proche de la roue

La roue de la remorque
L'arrière de la remorque


Récapitulatif :

Charge utile : 25 kg, peut transporter un sac de 100 litres environ.
Poids à vide, avec sangles de compression : 5,1 kg
Encombrement une fois démontée : 85 x 40 x 25 cm
Prix : 450 € sans le sac Ortlieb, 480 € avec.
Commande sur www.beecyclo.fr

La discussion associée sur les forums est ici.

 

Sur la route
Sur la route

Un bon aérodynamisme
Un drapeau pour être repéré !

 Un drapeau pour être repéré !
Un bon aérodynamisme

Le vélo tient debout avec béquille et remorque
Le vélo tient debout avec béquille et remorque

Commentaires
(partager)
posté le 28 nov. 2013
manu
faux , les tous suspendu peuvent avoir des portes bagages efficace, sur tige de selle ou sur bras arrière de suspension.
Invité (utilisateur non inscrit)
(partager)