Gants chauffants Outdoor Research Stormtracker

par anthony dans Gants 12 avr. mis à jour 13 avr. 216 lecteurs Soyez le premier à commenter (partager)

Adieu l’onglée ! Voilà ce que l’on pense lorsqu’on passe l’hiver avec des gants chauffants. Outdoor Research, dont la gamme de gants est étoffée, propose 3 modèles de gants chauffants : Capstone, Lucent et Stormtracker (du plus chaud au moins chaud). Ce sont ces derniers que je teste ici.

 

Premières impressions

Ayant déjà beaucoup utilisé les Racer Connectic depuis plus d’un an, lorsque j’enfile pour la première fois ces gants, la sensation de finesse est palpable : ils épousent très bien la forme de la main, et je me sens très précis au niveau du toucher. Proches de la main, ils ressemblent de loin à des gants non chauffants, seul le discret bouton d’allumage vient trahir la présence du système électrique. J’ai pesé ma paire de gants à 368g en taille M (attention, ils sont annoncés à 294g en taille L, une différence non négligeable…). À l’utilisation, ces gants m'ont tout de suite semblés moins chauds que les Racer Connectic, mais leur finition les destine davantage à une utilisation plus technique. On se tournera vers les autres modèles (Lucent ou Capstone) pour plus de chaleur. À vrai dire, au vu de la finesse du gant et de sa chaleur, je m’attendais à un poids plus contenu : Outdoor Research semble avoir privilégié une construction solide et technique. Un choix qui peut s'avérer judicieux vis-à-vis des soucis de longévité que peuvent avoir les gants chauffants.

Premiers essayages avant d'aller voir la neige : la gant est ajusté, et procure ainsi un bon toucher et une bonne dextérité.
Premiers essayages avant d'aller voir la neige : la gant est ajusté, et procure ainsi un bon toucher et une bonne dextérité.

 

Finitions

La construction de ces gants mélange subtilement simplicité et petits détails techniques. La partie intérieure (paume et doigts) en cuir procure une impression de solidité à toute épreuve : on n’aura pas peur d’utiliser des bâtons, des piolets, des dragonnes… Outre le système électrique, le côté isolation thermique des gants est confié à du Primaloft 60g/m2 et une couche de softshell Windstopper. Ainsi, ils ne sont pas imperméables mais uniquement déperlants : ceci n’est absolument pas gênant pour une activité hivernale en neige… s’il ne neige pas trop ?

Question coupe, ces gants remontent modérément sur l’avant-bras : dans ma taille, j’ai mesuré 6,5cm à partir de la tête du cubitus. En matière de réglages, ces gants sont ultra simples : un zip permet d’ouvrir plus ou moins le début du gant. Je trouve cela particulièrement pertinent pour des gants techniques : pas de sangles, scratchs, boucles, cordons qui peuvent perturber pour enfiler des dragonnes par exemple. Seul un élastique intégré au gant assure un bon maintien au niveau du poignet : une simplicité exemplaire pour des gants ajustés, et ça marche. 

C’est peut-être la raison pour laquelle Outdoor Research a choisi de ne pas mettre de leashes sur ces gants. En revanche, on trouve un anneau qui facilite énormément “l’enfilage du gant”. On pourra au besoin y ajouter des leashes facilement.

Un petit clip permet de fixer les gants ensemble (sur un sac à dos par exemple).

J’aurais préféré qu’ils soient tactiles (le modèle Capstone l’est), mais c’est du bonus :-)

Finitions simples, qui dégagent une impression de solidité.
Finitions simples, qui dégagent une impression de solidité.
L'intérieur de la main, sensible à l'abrasion, est quasi intégralement en cuir.
L'intérieur de la main, sensible à l'abrasion, est quasi intégralement en cuir.
Les petits anneaux de sangle, au niveau du poignet, facilite énormément le passage du gant. Simple et efficace ! On pourra y ajouter un leash si nécessaire.
Les petits anneaux de sangle, au niveau du poignet, facilite énormément le passage du gant. Simple et efficace ! On pourra y ajouter un leash si nécessaire.

 

Chauffage et batteries

Au niveau du chauffage électrique, là aussi, les finitions sont au rendez-vous. La poche destinée à accueillir les batteries est bien pensée et correctement ajustée : mettre et retirer les batteries est un jeu d’enfant. Une fois les gants enfilés, le compartiment des batteries ne vient jamais gêner.

À noter, un micro-détail sur les fermetures-éclair (poches batteries et ouvertures poignets), qui s’avèrent très agréables à l’utilisation : chaque curseur a une sorte de mini-ressort intégré, ainsi la languette du curseur se retrouve naturellement “plaquée” parallèlement à la fermeture-éclair. C’est bien un micro-détail donc, très appréciable, qui va de pair avec la finition de ce gant.

Les compartiments pour batterie sont très bien placés.
Les compartiments pour batterie sont très bien placés.
Ces compartiments sont ajustés : la batterie s'y loge parfaitement.
Ces compartiments sont ajustés : la batterie s'y loge parfaitement.

Le fonctionnement est très simple : un appui long sur le bouton ‘OR’ permet d’allumer/éteindre, tandis qu’un appui court permet de changer de mode de chauffe. Le bouton ‘OR’ est doté d’un témoin lumineux qui change de couleur selon le mode de chauffe : vert, orange ou rouge. Néanmoins, ce voyant s’avère particulièrement peu visible/lisible en plein jour. En mode “faible”, donc vert, par une journée ensoleillée, il sera très compliqué de s’assurer que le gant est bien allumé… Ces témoins de couleur sont donc esthétiques, mais je préfère un affichage à LED comme sur les Racer Connectic. Dommage aussi qu’il n’y ait pas de témoin de batterie faible, les gants s’éteignent soudainement et sans sommation.

Le bouton de commande, qui procure un petit "clic" perceptible lorsqu'on l'actionne.
Le bouton de commande, qui procure un petit "clic" perceptible lorsqu'on l'actionne.
En intérieur, les témoins lumineux sont bien visibles. Il est possible de s'amuser à faire un gant babord et un gant tribord :-) (désolé j'ai inversé !)
En intérieur, les témoins lumineux sont bien visibles. Il est possible de s'amuser à faire un gant babord et un gant tribord :-) (désolé j'ai inversé !)
Mais en plein jour, la lisibilité est médiocre... je suis pourtant en mode "rouge" là !
Mais en plein jour, la lisibilité est médiocre... je suis pourtant en mode "rouge" là !

L'autonomie de ces gants est très bonne et conforme à ce qu'Outdoor Research annonce, un très bon point. Les modes de chauffage sont cohérents : 3 modes bien distincts qui permettent de jongler suivant les conditions météo tout en préservant la batterie si nécessaire :
- 8h15 en mode "vert", pour 8h annoncées
- 5h en mode "orange", comme annoncé
- 2h40 en mode "rouge", pour 2h30 annoncées

J’apprécie particulièrement que le mode de chauffe le plus doux soit si endurant, cela permet d’emmener ces gants sur plusieurs jours même en bivouac, moyennant un léger surpoids qui peut valoir le coup selon la météo annoncée :-)

Le système de chauffage électrique se ressent principalement sur les doigts, et plus faiblement sur la paume et le dos de la main : une répartition logique, les doigts étant la zone la plus sensible au refroidissement. La chauffe est agréable et homogène mais la puissance limitée : même au niveau le plus élevé, la sensation de chauffe est bien présente mais restera contenue par rapport au niveau maximum des Racer Connectic par exemple (qui pèsent sensiblement le même poids : 390g la paire). Pour des activités plus statiques (parapente par exemple), les frileux préféreront le modèle plus chaud, mais ce Stormtracker convient particulièrement à des activités hivernales où un chauffage d’appoint sera le bienvenu (crête ventée en montagne, “dépeautage” au sommet à ski de randonnée, kite-ski…).

Comme tout gant chauffant, par sécurité pour qu’il ne s’allume pas dans mon sac, je débranche la batterie tant que je ne m’en sers pas, une manoeuvre simple et efficace qui évite de se retrouver à court de batterie involontairement… un bouton on/off de sécurité serait-elle une idée à soumettre à de nombreux constructeurs de gants chauffants ?

Concernant la charge des batteries, elle est plutôt longue : environ 5h. Je ne peux pas être précis, malgré plusieurs recharges, car le témoin lumineux du chargeur fonctionne ainsi :
- Rouge : charge en cours
- Vert : chargé
- Clignotement alternant rouge/vert : on se rapproche de la fin de la charge…

Vous vous demandez alors pourquoi je n’arrive pas à savoir le temps de charge ? En pratique, pendant la première moitié de la charge, le voyant est uniquement rouge puis il clignote rouge/vert avec plus de rouge au début, et plus de vert sur la fin. Sur le papier, cette fonction est intéressante pour savoir, environ, où l’on en est de la charge... Mais sur la fin de la charge, les clignotements rouges deviennent si sporadiques qu’il faut fixer du regard le chargeur pendant de longues secondes voire minutes pour s’assurer que la charge est terminée ! Bien entendu, cela est de l’ordre du détail car on les rechargera souvent la nuit, mais je préfère le préciser :-).

 

Solidité et durée de vie

On le sait, les gants chauffants souffrent souvent de pannes avec le temps. Comme évoqué précédemment, la construction de ces gants paraît solide, notamment grâce au cuir qui protège les parties sensibles à l’abrasion. Par prudence, je reviendrai mettre à jour cette partie avec davantage de recul :-).

 

Conclusion

Outdoor Research a concocté des gants chauffants techniques, qui conviennent parfaitement à des activités hivernales “actives” : ski de randonnée, kite-ski, alpinisme neige/glace. Quelle que soit l’activité, toutes les manipulations sont faciles avec ces gants, particulièrement ajustés. Pour les frileux et les activités plus statiques, il ne faudra pas hésiter à s’orienter vers des modèles plus isolants thermiquement, comme le Lucent ou le Capstone de la même marque (on espère pouvoir les tester !). Malgré tout, ce sont de bons gants, très bien finis, qui permettent d’éviter l’onglée pour quelques grammes de plus qu’un gant hivernal classique. Dit autrement, ce gant permet d'avoir la chaleur d'un bon gant hivernal en gardant la dextérité d'un gant fin :-).
 

Un régal de skier avec ces gants, que l'on peut garder sans problème au moment d'enlever les peaux de phoque.
Un régal de skier avec ces gants, que l'on peut garder sans problème au moment d'enlever les peaux de phoque.

 

Les gants chauffants Outdoor Reasearch Stormtracker en chiffres :

Poids des gants : 368g la paire en taille M (contre 294g annoncés en taille L, annonce sans les batteries ?)
Poids des batteries : 83g chacune
Poids des gants seuls : 202g la paire
Capacité des batteries : 1800mAh chacune (Li-Ion)
Autonomie : 8h15 en mode faible, 5h en mode moyen, 2h40 en mode fort
Prix moyen constaté : 200 €

 

J’ai aimé :

  • Gants très ajustés, parfaits pour garder une très bonne dextérité
  • Qualité de finition et matériaux utilisés
  • Grande autonomie de chauffage en mode “faible”

J’ai moins aimé :

  • Témoin lumineux peu lisible en plein jour
  • Chargeur capricieux
  • Pourrait être encore plus chaud pour ce poids ?

 

Lien constructeur : www.outdoorresearch.com/en/stormtracker-heated-gloves.html

 

Quelques images des gants en action :

Bonne dextérité, les manipulations fines sont faciles avec ces gants.
Bonne dextérité, les manipulations fines sont faciles avec ces gants.
Ces gants m'ont accompagné sur quelques vols : regardez les doudounes des parapentistes, il ne va pas faire chaud en l'air... et dans ces conditions on se rend compte que cette paire est davantage destinée à des utilisations plus "actives".
Ces gants m'ont accompagné sur quelques vols : regardez les doudounes des parapentistes, il ne va pas faire chaud en l'air... et dans ces conditions on se rend compte que cette paire est davantage destinée à des utilisations plus "actives".
On voit que le gant ne remonte que modérément sur l'avant-bras, ce qui peut créer un "jour" dans quelques mouvements, selon le vêtement porté (ici une très grosse doudoune).
On voit que le gant ne remonte que modérément sur l'avant-bras, ce qui peut créer un "jour" dans quelques mouvements, selon le vêtement porté (ici une très grosse doudoune).
Même s'ils sont moins chauds qu'espérés, le confort est bon. Il est toujours appréciable de pouvoir mettre un peu de chauffage en vol, dans les moments plus frais (sous un nuage par exemple).
Même s'ils sont moins chauds qu'espérés, le confort est bon. Il est toujours appréciable de pouvoir mettre un peu de chauffage en vol, dans les moments plus frais (sous un nuage par exemple).
Le mont Blanc au bout du doigt :-). Justement, la dextérité est si bonne avec ces gants que lorsque je prends des photos en l'air, j'arrive à ressentir le "double enfoncement" du déclencheur de l'appareil photo, une chose rare avec un gant hivernal classique.
Le mont Blanc au bout du doigt :-). Justement, la dextérité est si bonne avec ces gants que lorsque je prends des photos en l'air, j'arrive à ressentir le "double enfoncement" du déclencheur de l'appareil photo, une chose rare avec un gant hivernal classique.
Des gants plaisants à utiliser, j'espère pouvoir tester les versions plus chaudes prochainement !
Des gants plaisants à utiliser, j'espère pouvoir tester les versions plus chaudes prochainement !
Commentaires
(partager)